Le coeur de la dune révèle les strates d’histoire de la Baule

Publié le par La-Baule-360.Reputation-3D

La « bête mouvante », la dune,
est aujourd’hui retenue par les pins

Une dune se déplace. Poussée par les vents marins qui lui apporte de sable elle avance vers les terres. L’ancien village d’Escoublac a même été totalement enseveli petit à petit, et a du déménager a deux reprises, en 1450 et 1751. La dune d’Escoublac a ainsi bougé avant qu’elle ne soit fixée par une plantation de pins pour stopper son avancée.

La dune, un obstacle entre trois lisières métropolitaines

Juste au dessus de la Baule-les-pins, la dune est une singularité paysagère du territoire. Elle culmine a 51m au dessus de la mer et est totalement recouverte de pins. Elle constitue ainsi un obstacle naturel inséré entre trois lisières métropolitaines, qui sont trois limites décomposant le territoire de manière parallèle à la mer. Ces lisières sont composées de la voie rapide, la voie de chemin de fer et le remblais, permettant une lecture en couches de ce territoire.

Avec le temps, le sable recouvre tout. En creusant dans l’épaisseur de la dune, on peut ainsi retrouver les traces de toute son histoire, et même l’histoire de La Baule-Escoublac tout entière.

Carte postale « Le bois d’amour », lieu de ballades romantiques des années 20.
Carte postale « Le bois d’amour », lieu de ballades romantiques des années 20.
Blockhaus enterré sous le sable depuis l’occupation
Blockhaus enterré sous le sable depuis l’occupation
La Baule - Bois d'Amour - Le ski sur aiguilles de pins, activité récréative et familiale jusque dans les années 1980.
La Baule - Bois d'Amour - Le ski sur aiguilles de pins, activité récréative et familiale jusque dans les années 1980.

source : http://utopiesmetropolitaines.org/labrierelabaule/lhistoire-de-la-baule-enterree-sous-la-dune/
http://utopiesmetropolitaines.org/labrierelabaule/la-dune-un-obstacle-entre-trois-lisieres-metropolitaines/
http://utopiesmetropolitaines.org/labrierelabaule/la-dune-bete-mouvante-figee-par-les-pins/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article