D'ici à 2025, un centre de soins pour animaux sauvages en frontière de Pornichet - Saint-Nazaire

Publié le par La-Baule-360.Reputation-3D

Nous sommes fortement sollicités par la population, les pompiers, les écogardes. Il y a un réel besoin dans le secteur.

Agnès Wigdorowicz, co-présidente de l’association basée à Saint-Nazaire et vétérinaire

Quelques conseils si vous trouvez un animal blessé

Si vous tombez sur un animal sauvage blessé ou en détresse dans la Presqu’île, Agnès Wigdorowicz donne quelques conseils. « Premièrement, il faut contacter l’association les Alcidés qui redirigera vers un centre de soins », explique-t-elle.
Si vous trouvez un oisillon tombé du nid, ne le ramassez pas s’il n’est pas blessé. « L’idéal est de retrouver le nid. Sinon, on peut faire un nid de fortune ou remettre l’oisillon sur une branche. Les oiseaux n’abandonnent jamais leurs petits », détaille la professionnelle. Si le juvénile est blessé ou en danger, « en aucun cas on ne le ramène chez soi ».
Concernant les hérissons, vous pouvez donner de l’eau en période de sécheresse. « Les accidents de tondeuse sont fréquents. Il faut commencer la tonte au milieu du jardin pour leur laisser le temps de s’échapper. L’idéal est de laisser des passages dans les clôtures ».
Le hérisson est un animal nocturne. Si vous en voyez un se balader seul en pleine journée « ce n’est pas normal », assure la vétérinaire qui recommande également de porter des gants si vous devez ramasser des animaux sauvages.

Agnès Wigdorowicz (à g.) et Stéphanie Chagnon portent fièrement le projet des Alcidés ©L’Echo de la Presqu’île
Agnès Wigdorowicz (à g.) et Stéphanie Chagnon portent fièrement le projet des Alcidés ©L’Echo de la Presqu’île
Un centre de soins dédié à la faune sauvage prévu en 2025

Porté par l'association de protection de la faune sauvage, les Alcidés, un centre de soins devrait voir le jour d'ici 3 ans. Une structure unique dans la Presqu'île de Guérande

 

En 2025, un centre de soins pour animaux sauvages devrait ouvrir à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Protéger, soigner, éduquer. Ce sont les objectifs que se sont fixés les bénévoles des Alcidés à l’origine du projet.

« Après cet épisode, on a décidé d’organiser notre structure notamment pour recevoir les animaux », se rappelle Agnès Wigdorowicz, co-présidente de l’association basée à Saint-Nazaire et vétérinaire depuis 20 ans.

Des besoins dans le secteur

Quelques années après, la création d’un centre de soins « pour tous les oiseaux sauvages et mammifères qui vivent dans les zones humides et toutes les espèces pour lesquelles nous sommes fréquemment sollicités comme les hérissons » germe dans les esprits des 150 adhérents.

Des propos relayés par Mathieu Bécot, inspecteur de l’environnement à l’office français de la biodiversité : « Le placement des animaux sauvages blessés de la faune locale est toujours un éternel problème. S’il y a des structures adaptées pour les recevoir, c’est un plus. »

« Travailler en réseau »

Le centre de soins fonctionnera sur un principe de réseau et de partenariats avec d’autres organisations spécialisées comme le centre vétérinaire de la faune sauvage et des écosystèmes (CVFSE) basé à Nantes. L’objectif étant, une fois l’animal blessé stabilisé, de l’orienter vers la structure qui lui sera la mieux adaptée.

Ça fait 2 ans que l’on travaille activement sur le projet avec une réflexion sur les infrastructures, les partenariats, la mise en œuvre des aspects réglementaires et juridiques avec notamment l’obtention du certificat de capacité.

Agnès Wigdorowicz, co-présidente de l’association basée à Saint-Nazaire et vétérinaire

Entre Saint-Nazaire et Pornichet C’est sur une parcelle de 5 000 m2 mise à disposition par la Carene, située chemin des Virées des Landes entre Saint-Nazaire et Pornichet, que le futur centre devrait éclore.

Entre Saint-Nazaire et Pornichet

C’est sur une parcelle de 5 000 m2 mise à disposition par la Carene, située chemin des Virées des Landes entre Saint-Nazaire et Pornichet, que le futur centre devrait éclore.

Il sera organisé autour de deux bâtiments principaux. L’un exclusivement dédié à l’accueil et aux soins, l’autre dédié au grand public, à la formation et à la pédagogie notamment avec les scolaires. « On va y aller progressivement, c’est un projet évolutif. D’abord un bâtiment de soins, une volière et un bassin. On verra après pour s’agrandir », détaille la co-présidente.

Un projet à 600 000 €

L’idée est que le centre fonctionne avec des salariés, des services civiques et bien sûr avec des bénévoles. « La situation financière des centres de soins pour la faune sauvage en France est très précaire. Il y a peu ou pas de financement public et les centres ont dû mal à exister alors que c’est d’intérêt public », explique Stéphanie Chagnon, bénévole et membre du conseil administratif de l’association.

Pour mettre en œuvre le projet, sans compter le fonctionnement, l’association a besoin de 600 000 €. D’ailleurs, une cagnotte vient d’être mise en ligne pour contribuer financièrement à ce projet titanesque.

Local : 2 bis avenue Albert de Mun à Saint-Nazaire – Contact  asso@lesalcides.org
ou 06 78 01 76 51 uniquement par sms.

source : https://actu.fr/pays-de-la-loire/saint-nazaire_44184/saint-nazaire-un-centre-de-soins-dedie-a-la-faune-sauvage-prevu-en-2025_51443001.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article